Notre histoire

historie_1_stor
L’hôtel Kong Carl est l’un des plus anciens hôtels de Norvège. Le bâtiment principal a été reconstruit dans le style dit « sorenskriver » vers 1690. En 1720, le commerçant danois Ole Simensen Calundan a acheté le bâtiment comme maison pour lui et sa famille et y a dirigé une auberge à partir de 1721.

En 1741, Paul C. Bøckman acheta le bâtiment pour 500 riksdalers, mais étant dans une mauvaise situation financière, il le revendit au constructeur naval Engvold Pedersen pour 201 riksdalers lors d’une vente aux enchères en 1771. La veuve de Pedersen continua à garantir « l’hébergement des voyageurs et la pension » dans le bâtiment, et obtint l’autorisation de gérer une telle entreprise en 1780.

En 1813, la maison fut vendue au capitaine et armateur Anders Christiansen Goen pour 333 1/3 nouveaux Riksdaler, avec l’obligation pour l’acheteur de construire une maison pour la veuve et de lui fournir divers produits agricoles et autres pour le restant de ses jours.

historie_2_stor
À partir de 1887, Carl et Julie Wendt prirent en charge l’hôtel Kong Carl, qui était alors évalué à 15 000 NOK. En 1884, l’hôtel ouvra sa propre salle de banquet et de réception, qui devint également le premier cinéma de la ville.

En 1918, le directeur du restaurant à bord de la Nordenfjeldske Dampskibsselskap, Koldevin Andresen, obtint un bail pour l’hôtel, et la famille Andersen fit l’acquisition du « King » à partir de 1920. Lorsque Koldevin Andresen signa le bail, celui-ci comprenait, entre autres, deux chevaux avec un équipement complet, des harnais et des charrettes. L’hôtel incluait des écuries là où se trouve aujourd’hui le bâtiment annexe, et les chevaux y étaient entièrement pris en charge tandis que les propriétaires dormaient dans des chambres d’hôtes au-dessus. L’hôtel gardait cinq garçons de ferme qui, en plus de s’occuper des chevaux, avaient également pour tâche de faire fonctionner tous les poêles et d’apporter de l’eau chaude et froide pour les soins matinaux des clients. En son temps, l’hôtel avait ses propres porcs qui s’engraissaient avec les restes de nourriture de l’hôtel.

Le fils Knut Bjørn Andresen reprit l’hôtel en 1940 et l’exploita jusqu’en 1978. La troisième génération d’Andresen, Finn et Torunn, prit ensuite la relève et dirigea le King Carl jusqu’en 2006, date à laquelle les propriétaires actuels reprirent l’hôtel. Finn et Torunn Andresen ont reçu le prix de l’hôte de l’Association norvégienne des hôtels et restaurants en 1990 et le prix de la conservation de la ville de Sandefjord en 1997.

Anecdotes sur « Le Roi »

Ole Calundan était le frère du prêtre Christen Simensøn Calundan, tous deux fils d’un commerçant de Kallundborg – d’où leur nom de famille. Le pasteur n’était pas – autant que nous le sachions – un piétiste, mais il considérait que ses fonctions allaient au-delà de la conduite de ses affaires ecclésiastiques. Il est vrai qu’il avait choisi une approche quelque peu étrange pour ses activités spirituelles. En 1724, avec l’appui d’un décret royal, il prit avec lui l’huissier de la ville de Larvik et alla de maison en maison à Sandefjord, exhortant les gens à :

1. Vivre correctement et convenablement avec son conjoint.
2. Ne pas héberger la circulation de marchandises frauduleuses.
3. Ne pas vendre de bière et de spiritueux le matin et raisonnablement l’après-midi.
4. Garder les enfants et les serviteurs à l’église et à l’école.
5. S’abstenir de boire et ne pas provoquer l’indignation des voisins.
Cependant, ces conseils ne semblent pas avoir été suivis dans la maison du prêtre. Calundan avait pris un étudiant nommé Ole Tidemand, fils du capitaine Iver Tidemand de Sandefjord, comme professeur pour ses enfants. Il séduisit la fille du prêtre, âgée de 13 ans, et il fallut donc organiser un mariage à la hâte. Calundan était « heureusement » décédé quelques mois plus tôt … Plus tard, Tidemand devint prêtre à Hedrum, prévôt à Bergen et même évêque à Bergen et à Kristiansand.

À ses débuts, l’hôtel ne disposait que de deux toilettes, l’une pour les clients qui séjournaient à l’hôtel et l’autre pour les clients qui venaient dîner. Un jour, l’un des clients dût se rendre d’urgence aux toilettes, mais il trouva systématiquement la porte fermée. Il finit par frapper désespérément à la porte en criant : « Vous vivez là ? » « Non, je ne fais qu’y manger », répondit la personne à l’intérieur.

Une fois, alors que Koldevin Andresen dirigeait l’hôtel, un poissonnier plaça une boîte d’écrevisses commandée devant l’entrée principale. Il ne faisait aucun doute que la marchandise était fraîche. Au bout de quelques minutes, Kirkegata et Torggata grouillaient d’écrevisses.

Pendant une période au début des années 1900, le nom de l’hôtel était écrit avec un K : Hotel « Kong Karl ». Cela était dû à des changements dans la manière d’écrire, tout comme le nom de la capitale du pays était passé de Christiania à Kristiania.

L’hôtel compte actuellement 33 chambres réparties en quatre catégories. Le King Carl fait partie de la chaîne d’hôtels UNIKE HOTELLER.